La prise de psychotropes peut mener à la violence et au suicide | 02.10.2015 | www.kla.tv

La prise de psychotropes peut mener à la violence et au suicide 02.10.2015 « Sur les dix médicaments que des criminels violents avaient pris avant ou durant leur acte criminel, cinq sont des antidépresseurs. » C’est avec cette citation, qui…

La prise de psychotropes peut mener à la violence et au suicide | 02.10.2015 | www.kla.tv

Source

0
(0)

La prise de psychotropes peut mener à la violence et au suicide 02.10.2015

« Sur les dix médicaments que des criminels violents avaient pris avant ou durant leur acte criminel, cinq sont des antidépresseurs. »
C’est avec cette citation, qui avait déjà été publiée dans le magazine Time en 2011, que nous vous souhaitons la bienvenue dans notre studio de Dresde.
Les antidépresseurs sont des médicaments qui appartiennent au groupe des médicaments psychotropes prescrits dans les cas de maladies psychiques.
En avril 2014 le magazine médical spécialisé « Journal of the American Medical Association » a publié une étude du Dr. Matthew Miller et de collaborateurs de Harvard. L’analyse de 163 000 données de patients montre que le risque de suicide est doublé pour des personnes de moins de 25 ans qui prennent des antidépresseurs à fortes doses.

Selon le Dr. Matthew Miller il est urgent et indispensable de montrer les risques des antidépresseurs, pour ouvrir une discussion sur les traitements alternatifs. Mais de nombreux psychiatres refusent de discuter ou de montrer les dangers des psychotropes.

Un des premiers médicaments qui a fait l’objet de publicité est le Prozac, de l’entreprise pharmaceutique Eli Lilly. Il est arrivé sur le marché en 1988.
Déjà en 1990, donc à peine deux ans plus tard, une étude scientifique publiée dans le magazine spécialisé « American Journal of Psychiatrie » a rapporté la chose suivante :
Pendant une thérapie avec du Prozac, six des patients s’étaient comportés de manière bizarre et violente, et avaient développé des pensées suicidaires.
On n’avait jamais constaté de tels symptômes chez eux auparavant.
Peter Götzsche, professeur en méthode de recherche clinique et auteur du livre « Médecine qui tue et criminalité organisée » a analysé ce cas et rapporte la chose suivante :
« Les observations étaient révolutionnaires et l’article scientifique était très convainquant. Cependant des documents internes à la société Lilly ont dévoilé plus tard que la FDA, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (…) avait passé sous silence des informations qui auraient nui à l’entreprise. »

Quellen/Links:
http://www.depression-heute.de/vorurteile.html?id=6
http://healthland.time.com/2011/01/07/top-ten-legal-drugs-linked-to-violence/
http://www.depression-heute.de/blog/75-antidepressiva-gewaltsame-suizide-und-morde.html
http://newsatjama.jama.com/2014/04/29/author-insights-higher-antidepressant-doses-increase-suicide-risk-for-young-patients/
Tödliche Medizin und organisierte Kriminalität, Buch von Peter C. Götzsche
http://www.baumhedlundlaw.com/10.pdf
http://www.theguardian.com/theguardian/1999/oct/30/weekend7.weekend1
http://wp.rxisk.org/prescription-drug-induced-violence-medicines-best-kept-secret/
http://www.wnd.com/2012/12/psych-meds-linked-to-90-of-school-shootings/
http://www.health.harvard.edu/mind-and-mood/exercise-and-depression-report-excerpt
http://www.bmj.com/content/329/7461/307.1

0 / 5. 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *